Sensation de vide

Watashiva 2

Watashiva 2 - Acrylique sur toile - 100x73 (40P) - 2016

Tous les dossiers de candidatures ont été envoyés. Le site internet est à jour. L'article du WE prochain est déjà écrit. Toutes les œuvres ont été photographiées et archivées. Cet après-midi, j'ai peint une grande toile dont le fond avait été préparé il y a 3 jours...

Une sensation de vide m'envahit. Je sais que ça ne va pas durer, mais ça faisait longtemps que je ne l'avais pas ressentie.

La vie d'artiste, c'est créer, produire, s'instruire, s'exposer mais c'est aussi gérer. Du matériel, comme avoir en stock les toiles, les couleurs, les couteaux et brosses au bon moment. C'est le plus simple à faire, car quand il n'y a pas, il suffit d'aller dans mon magasin préféré et de faire des emplettes.

La gestion du réseau est chronophage, surtout au début de la vie d'artiste : il faut chercher les portes d'entrée, les déverrouiller, les laisser entrouvertes, structurer son message et ses supports d'informations, mesurer l'impact de ses actions, imaginer les suivantes. Tout cela est si varié et il y a tant de moyens à disposition que ça peut devenir un refuge dans lequel on s'emprisonne du matin au soir derrière son ordinateur.

Mais il y a aussi la gestion du temps. On se plaint souvent de ne pas en avoir, mais quand on l'a, il arrive qu'il y en ait trop pour l'énergie dont on dispose. Quand il s'agit de préparer une expo, je sais ce que j'ai à faire. Mais quand tout ce que j'avais à faire a été réalisé, c'est quoi la suite ?

La peur du vide entre en jeu et il faut alors savoir gérer sa tête. Après s'être posé la question "de quoi ai-je besoin ?" et qu'elle n'a temporairement plus de réponse, vient la question "de quoi ai-je envie ?"... et il arrive qu'elle n'ait pas non plus de réponse immédiate. Il est utile d'avoir une statégie pour gérer cette situation et trouver rapidement une solution.

Dans ces moments-là, il est essentiel de se re-connecter avec soi-même et c'est par le vide qu'on peut y parvenir. Lorsque le vide s'installe, le temps devient le soleil et la respiration l'arrosage qui font émerger les idées et renaître les envies. Si ce processus n'est pas mené le temps nécessaire, ce qui viendra aura la fadeur des légumes qui sont produits artificiellement. En prenant le temps, en respirant profondément, la tête prendra le rythme du corps et ils trouveront ensemble une suite qui a du sens.

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.