Comment savoir qu'un tableau est terminé ?

Deep up br 1

Deep up - Acrylique sur carton - 50 x 70 - 2015

Une question revient régulièrement chez les personnes qui s'intéressent à mon activité de peintre : "comment sais-tu qu'un tableau est terminé ?".

Je sais que c'est une "bonne question", comme on dit, pour me l'être posée de nombreuses fois, en atelier, comptant sur mon coach pour me donner la réponse.

Je pense qu'il y a des critères communs et d'autres spécifiques à chaque artiste, qui lui permettent de décider de poursuivre ou d'arrêter. Il me semble que l'impression d'ensemble est déterminante dans ce choix. A force d'observer, chez les autres et au sein de ma production, ce qui me plaît ou non, de m'efforcer d'exprimer pourquoi je ressens telle ou telle sensation et de l'objectiver, je vais aujourd'hui directement au but. Si je ne suis pas immédiatement et totalement séduit, c'est qu'à mon sens il manque quelque chose ou qu'il y en a trop.

En ce qui me concerne, les deux plus grands dangers sont, d'une part, d'aller trop loin, d'autre part d'hésiter trop longtemps. A vouloir faire plus ou mieux, on risque de s'égarer dans une impasse. La touche qu'on veut rajouter pour satisfaire à des critères techniques concernant la lumière, la répartition des couleurs, peut être une tueuse implacable et ôter en un instant la fraîcheur et la sincérité d'une œuvre pour en faire un objet commercial que l'on améliore pour qu'il plaise. Je pense que le spectateur ne s'y trompe pas.

Mais si cette touche vient des tripes, parce qu'il manque "cette" couleur à "cet" endroit précis de la toile sans savoir précisément pourquoi, si c'est un besoin davantage qu'un soucis esthétique, l'artiste reste en connexion avec sa profondeur, sa sincérité et il saura apporter la quantité de couleur et le mouvement qui vont avec.

Parfois pourtant, aller trop loin est salvateur, quand une touche supplémentaire amène une idée supplémentaire qui, concrétisée, me surprendra. C'est ce que je préfère : être surpris. Si je ressens cela, mon tableau est terminé.

 

 

Geste coloré Artiste et travail

Commentaires

  • Hélène
    Tu soulèves un point vraiment important de la création. Quelquefois, au moment de terminer, on a envie de retoucher juste un poil, et justement c'est peut-être ce petit déséquilibre-là qui fait "bouger" la toile, qui nous attire, qui nous intéresse. Les céramistes japonais disent qu'il faut laisser l'erreur. C'est difficile, on a tellement envie de l'enlever ce petit "trop" à un endroit, pourtant, si on cède à cette envie, tout le charme disparaît, c'est comme si tout ce qui était positif et qui plaisait avant avait disparu d'un coup de baguette magique !
    Quand même, ça reste un exercice difficile de terminer une toile !
    Bonnard, un jour visitait un musée où il était exposé, et s'est mis à retoucher sa toile..... les visiteurs ont crié au scandale !
    Bonne création !!
  • véronique BERNARD
    • 2. véronique BERNARD Le 16/02/2015
    Bravo Denis,
    Un tableau bien équilibré. Une plongée sous-marine agréable, pleine de quiétude, comme je les aime.
    Ne rajoute rien, il est terminé.
    Véro
  • Marcotullio
    • 3. Marcotullio Le 16/02/2015
    Superbe! On dirait une danse de requins!
  • David L
    • 4. David L Le 14/02/2015
    Denis

    fan de plongée sous marine depuis toujours, je me suis retrouvé dans ton tableau ...

    Il est vraiment superbe

    david
  • Pascale
    • 5. Pascale Le 14/02/2015
    Wow! Mouvement, profondeur, souffle pris à l'instant T. On dirait une photo! Magnifique. HB too!

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Du 21 avril à fin juillet

"Entre-prises", à HEC Paris- Le Château, Jouy-en-Josas (78)

Affiche chateau hec avril 2018