Bifurcacion de lineas de tren ferrocarril e1390892809185 460x192

Changement de rails

Bifurcacion de lineas de tren ferrocarril e1390892809185 460x192

Depuis quelques semaines, je sens mon rapport à l’art changer de rails.

Jusqu’en juin dernier, ma préoccupation était de peindre et de valoriser ma production en communiquant, publiant, exposant. Cette flamme était activée par le souhait d’être vu, apprécié, reconnu.

Cette préoccupation a quasiment disparu. Elle s’est réduite à tel point que si j’étais sollicité pour exposer, je réserverais ma réponse, alors qu’il y a quelques mois j’aurais aussitôt accepté.

D’où ce changement de rails que j’évoque, mystérieux et troublant. Mystérieux parce que je ne connais pas son origine et que je n’ai pas vu l’aiguillage qui m’a fait changer de voie. Troublant par ce qu’il me rappelle, une fois encore, que la réalité l’emporte toujours sur les illusions.

Quelles étaient-elles ? Je pensais que mon destin était tracé à travers l’exploration personnelle traduite en peinture et le fait de partager mes œuvres à travers mes expositions et mes écrits. Aujourd’hui, je perçois que ce destin ne tenait que par la croyance que j’en avais. Sous prétexte de vouloir absolument sentir ma place dans ce monde, je saisissais celle qui me paraissait la plus plausible et à portée de sensation : je suis artiste peintre, donc je dois peindre et exposer…

Je fais désormais la part des choses entre être quelque part et me sentir quelque part. Où que l’on soit, à tout moment, on est toujours quelque part. À l’heure qu’il est, je suis en train d’écrire, face à la nature, parfois distrait par un écureuil qui fait ses provisions avant l’hiver. Je ne suis pas en train d’écrire le chapitre d’un livre ou ma prochaine publication sur les réseaux sociaux. Je suis juste en train de taper sur mon clavier, le reste viendra en son temps, selon la réalité du moment.

Je sens la même nécessité que celle qui m’animait lorsque je peignais. Le plaisir n’est pas dans l’acte de peindre ni dans celui d’écrire. Il est dans le fait d’avancer, d’être en train de faire un pas. Peu importe qu’il soit en avant ou en arrière. Je fais un pas et c’est ce qui me rend vivant.

 

Réalité illusion nécessité

Commentaires

  • Géraldine MEUDEUX
    • 1. Géraldine MEUDEUX Le 17/01/2023
    Ces sentiments sont fascinants. J'ai parfois la même impression vis-à-vis de la vie elle-même: je ne suis plus sur les mêmes rails, ma vie "sent" différemment. Pour un artiste, c'est sans doute encore plus perceptible et manifesté dans son art.
    Cordiales salutations
    Géraldine MEUDEUX
    Artisan fleuriste à Montpellier
    • denier
      • denierLe 19/01/2023
      Merci pour votre passage sur mon blog. J'ai écrit cet article il y a 5 ans et votre commentaire me l'a fait relire. Je sais aujourd'hui qu'il marque un moment de ma vie où ma conscience d'être est venue prendre la place de mes espoirs de réussite. Je commençais à ressentir que j'avais moins besoin qu'avant du regard des autres pour me sentir exister. Je faisais ma première expérience de ce qu'est véritablement la liberté en sentant que je n'étais plus dépendant de rien ni personne. Votre intervention m'a fait revisiter mon parcours. Mille mercis pour cela.

Ajouter un commentaire